WEIL (A.)


WEIL (A.)
WEIL (A.)

WEIL ANDRÉ (1906- )

Mathématicien français né à Paris dont les travaux portent principalement sur la géométrie algébrique et ses applications à la théorie des nombres. André Weil entra à l’École normale supérieure à l’âge de seize ans; il fut docteur ès sciences à vingt-deux ans, avec une thèse qui fit époque: il y étendait à toutes les courbes algébriques un théorème de finitude obtenu peu auparavant par L. Mordell pour les courbes de genre 1, théorème qui permit peu après à C. L. Siegel de démontrer son théorème général de finitude du nombre de solutions entières d’une équation diophantienne à deux variables.

Mathématicien universel, A. Weil a cependant toujours marqué sa prédilection pour la théorie des nombres et la géométrie algébrique. Après sa thèse, son œuvre la plus importante dans ce domaine est la démonstration de ce qu’on avait appelé l’«hypothèse de Riemann pour les courbes algébriques sur un corps fini», donnant la meilleure majoration possible du nombre de solutions d’une équation polynomiale à 2 variables sur un corps fini Fq en fonction de q et du genre de la courbe donnée par cette équation. Pour parvenir à ce résultat, Weil dut, tout d’abord, dans un ouvrage de base intitulé Foundations of Algebraic Geometry (1946), développer toute la géométrie algébrique sur un corps quelconque et, surtout, la théorie des intersections, puis appliquer cette théorie générale à l’étude des courbes algébriques et à celle des variétés abéliennes (sur un corps quelconque), cette dernière étant créée de toutes pièces par lui. En cherchant à étendre ses résultats sur l’«hypothèse de Riemann» aux équations polynomiales à un nombre quelconque de variables, Weil émit une série de remarquables conjectures qui servirent de ferments et de guides précieux dans le développement de la géométrie algébrique des vingt années suivantes, et qui ont finalement été démontrées, de 1963 à 1973, grâce aux efforts conjugués de A. Grothendieck, M. Artin et P. Deligne.

Les travaux de Weil en théorie des nombres portent aussi sur l’introduction de nouvelles notions en théorie du corps de classes (les groupes de Weil), le développement de la théorie de la multiplication complexe (avec Shimura et Taniyama) et les relations entre la théorie arithmétique des courbes elliptiques et celle des fonctions modulaires. Par ailleurs, en 1940, il avait participé, avec Pontrjagin et Gelfand, à la création de l’analyse harmonique commutative générale, publiant un ouvrage célèbre intitulé L’Intégration dans les groupes topologiques et ses applications , qui resta le livre de base de l’analyse harmonique durant de longues années. À partir de 1950, il montra d’une part que l’analyse harmonique est à la base de la théorie classique des variétés abéliennes sur le corps des nombres complexes et des fonctions thêta ; d’autre part, en appliquant l’analyse harmonique aux groupes d’idèles et d’adèles, dans son livre classique Basic Number Theory , il a montré (avec Tate) qu’elle comprend comme champ d’application particulier toute la théorie classique des nombres algébriques, y compris celle du corps de classes abélien. Avec Tamagawa, il a inauguré l’étude des groupes classiques «adélisés» et montré que cette étude comprend et généralise les résultats de Siegel sur les formes quadratiques à coefficients entiers, et que des connaissances plus précises sur l’analyse harmonique de ces groupes donneraient sans doute la clé de la théorie encore conjecturale du corps de classes non abélien.

Dans d’autres domaines, A. Weil a introduit, entre autres, la notion d’espace uniforme en topologie, développé la théorie de la cohomologie des espaces homogènes (à l’aide de ce qu’on appelle l’«algèbre de Weil») en collaboration avec Chevalley, Koszul et H. Cartan et, enfin, établi par voie cohomologique la «rigidité» des sous-groupes discrets des groupes de Lie semi-simples.

Il a enseigné aux universités de Strasbourg, de Chicago et de São Paulo, et il est membre de l’Institute for Advanced Study de Princeton à partir de 1958. L’influence considérable qu’il a exercée sur les mathématiques de notre époque est due non seulement à son enseignement, à ses livres et à ses travaux originaux, mais aussi au fait qu’il a été pendant vingt ans un des membres les plus actifs de l’équipe Bourbaki.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Weil — ist der Name folgender Orte: Weil am Rhein, Stadt im Landkreis Lörrach, Baden Württemberg Weil der Stadt, Stadt im Landkreis Böblingen, Baden Württemberg Weil (Oberbayern), Gemeinde im Landkreis Landsberg am Lech, Bayern Weil (Esslingen am… …   Deutsch Wikipedia

  • WEIL (S.) — On ne séparera pas chez Simone Weil l’action et la pensée, le témoignage vécu et la doctrine vivante. Sa passion de militante (de La Révolution prolétarienne à la «France libre» du général de Gaulle) naît des exigences de sa réflexion, et sa… …   Encyclopédie Universelle

  • Weil — Weil, eine Partikel, welche auf eine gedoppelte Art gebraucht wird. 1. Als ein Adverbium der Zeit. (1) So lange als; eine großen Theils veraltete Bedeutung, welche um der Kürze willen noch zuweilen von den Dichtern gebraucht wird; außer dem aber… …   Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart

  • weil — [Basiswortschatz (Rating 1 1500)] Auch: • da • wie • als • während Bsp.: • Ich kam zu spät, weil ich meinen Bus versäumt hatte. • …   Deutsch Wörterbuch

  • weil — Konj. (Grundstufe) leitet einen kausalen Nebensatz ein, denn Synonym: da Beispiele: Wir gehen das Risiko ein, weil wir meinen, dass wir recht haben. Warum tust du das? Weil die Umstände mich dazu zwingen . Weil wir gerade beim Thema sind: Was ist …   Extremes Deutsch

  • weil — Konjunktion; verwendet, um eine Begründung einzuleiten: Er kann nicht kommen, weil er krank ist; ,,Warum gehst du schon? ,,Weil ich noch einkaufen muss || NB: in der gesprochenen Sprache wird das Verb oft nicht an das Ende des Satzteils gestellt …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • Weil — Weil, André Weil, Simone …   Enciclopedia Universal

  • weil. — weil. = ↑ weiland. * * * weil. = weiland …   Universal-Lexikon

  • weil — Konj std. (11. Jh.), mhd. wīle, älter die wīle, ahd. dia wīla so, mndd. derwīle, mndl. de wile, afr. hwīle Stammwort. Also eigentlich der Akkusativ des Wortes Weile. Aus dem Ausdruck der Gleichzeitigkeit wird der Ausdruck des Gegensatzes wie bei… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • weil — ; sie tut es, weil sie es will …   Die deutsche Rechtschreibung


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.